Avec cedram.org
Confluentes Mathematici
Rechercher un article
Recherche sur le site
Responsabilités des éditeurs

- Il est recommandé que les revues de mathématiques établissent et présentent clairement leurs principes déontologique de l’édition et précisent leurs responsabilités et les mesures à prendre pour enquêter et répondre aux soupçons ou aux accusations de mauvaise conduite. Les revues doivent répondre aux plaintes d’un auteur avec respect et un procédure régulière.

- Les rédacteurs doivent se conformer à des normes élevées de déontologie dans le traitement de tous les auteurs pour parvenir à une décision responsable et objective concernant la publication. Un éditeur doit se retirer de toute tâche éditoriale qui impliquerait un conflit d’intérêts de nature personnel, commercial ou professionnel. Un éditeur doit également éviter toute utilisation abusive de sa position privilégiée ou de l’information reçue dans le cadre de sa fonction éditoriale pour influencer le traitement de leurs propres documents ou de ceux de leurs collègues, étudiants ou connaissances personnelles. Jamais une information reçue en confidence ne doit être utilisée dans le travail propre de l’éditeur.

- Il est recommandé aux revues de mathématiques de préciser leurs politiques et leurs pratiques de traitement des soumissions. En particulier, un éditeur doit accuser réception d’un manuscrit. L’éditeur doit assurer le suivi d’un manuscrit soumis avec soin, et chercher diligemment d’éviter des retards excessifs dans la relecture d’un article ou dans le processus décisionnel. L’éditeur doit obtenir le consentement pour la publication soit d’un auteur agissant au nom de tous les auteurs, soit de tous les auteurs.

La date de soumission et la date de tout changement important d’un manuscrit doivent être publiées ; ceci est important, en particulier, en cas de litiges concernant la priorité.

- Les éditeurs ont l’obligation de présenter des documents et des livres mathématiques dans un format clair et précis et ils doivent veiller à ce que les symboles mathématiques, les mots et les phrases qui sont utilisés dans le travail publié soient clairs et ne constituent pas un obstacle à la compréhension. C’est une mauvaise conduite de la part des éditeurs de simplement reproduire sans amélioration des manuscrits soumis qui sont mal écrits ou présentés.

- Les rédacteurs en chef et les éditeurs doivent examiner attentivement et faire des jugements objectifs sur l’acceptation des manuscrits soumis. Normalement, ces décisisons se feront sur la base des avis des rapporteurs, mais le Comité reconnaît qu’il sera parfois clair pour les rédacteurs qu’un manuscrit soumis est considérablement inférieur aux normes de la revue, ou pas dans un domaine approprié, et peut donc être rejeté sans soumission aux arbitres ; dans ce cas, les auteurs doivent être informés avec courtoisie de ce rejet de manière rapide et motivée.

- Les rédacteurs doivent informer les auteurs potentiels des décisions prises de façon courtoise et dans des délais raisonnable, en transmettant toujours les critiques constructives et les informations fournies par les rapoorteurs. Les éditeurs peuvent décider qu’il est approprié que certains commentaires fournis par les rapporteurs soient confidentiels au Comité de rédaction et ne soient pas transmis textuellement aux auteurs.

- Un auteur peut communiquer aux éditeurs l’information qu’un énoncé mathématique ou une attribution dans son article publié est incorrect. Dans le cas où cette information est significative, il est recommandé aux éditeurs de publier une correction ou une rétractation, de préférence rédigée par l’auteur originel.

- Dans certains cas, il peut être signalé aux éditeurs par une autre personne que certains énoncés ou attributions dans un article semblent être incorrects. Dans ces cas, les rédacteurs doivent examiner attentivement les commentaires et réagir de manière proportionnée ; si approprié, ils doivent insister pour que les auteurs rédigent une correction ou une rétractation.

- Dans de rares cas, les éditeurs peuvent être convaincus que des parties d’une œuvre qu’ils ont publiées ont été plagiées d’une autre source. Dans ces cas, les éditeurs doivent demander aux auteurs de soumettre pour publication une rétractation substantielle ; en cas de refus, les éditeurs eux-mêmes doivent publier une déclaration donnant des détails sur le plagiat en jeu.

- De nombreux articles sont d’abord publiés sur le site de la revue. Il peut apparaître qu’un article ainsi publié contient des erreurs mathématiques, des attributions erronées ou a été plagié en tout ou en partie. Il est recommandé que les éditeurs conservent l’article original pour l’enregistrement historique, mais qu’ils indiquent par adjonction, à une date ultérieure, de corrections appropriées, comme ils le feraient pour un article imprimé. Dans des cas extrêmes, il se peut que les éditeurs indiquent que l’article a été « retiré » soit à la demande des auteurs, soit par décision des éditeurs ; dans ce cas, toute version imprimée ultérieure doit refléter cette décision.

- Un éditeur de revues ou de livres ne doit pas inscrire sur ses publications une personne comme « éditeur » ou « conseiller éditorial » ou similaire sans en informer pleinement la personne concernée et recevoir son accord explicit. Le nom d’une personne qui démissionne d’une telle position doit rapidement être supprimé de la liste affichée.

- Toute personne inscrite comme éditeur ou conseiller éditorial devrait connaître les normes et les procédures éditoriales et les politiques de la revue et s’y conformer, et être disposée à agir dans des cas extrêmes lorsqu’il est clair que les éditeurs ne suivent pas ce Code.

eISSN : 1793-7434

haut